un poisson d'avril

Publié le par club rando

C'est avec beaucoup d'aplomb que l’animateur avait déclaré que cette randonnée du 1er avril était la première sortie de l'année, et avait donc fait fi de l'édit de Roussillon (au nord de Valence). Cet acte, en 1564 par la volonté du roi Charles IX, alors âgé de 14 ans, ramenait le début de l'année du 1er avril au 1er janvier, annonçant ainsi l'adoption de notre calendrier grégorien en 1582. Or de nombreux sujets n'arrivèrent pas à se faire à ce changement et continuèrent à s'offrir des cadeaux de nouvel an le 1er avril. En plein carême, ils s’apportaient principalement du poisson. Et voilà comment le poisson est devenu le symbole de cette journée.

un poisson d'avril

Car cette rando, fut un vrai cadeau de nouvelle année, et non pas quelque cadeau de pacotille ou de dérision, un banal poisson d'avril !

Pour être tout à fait exact, la sortie avait été présentée comme la première randonnée.......du printemps. Mais, quand le petit groupe de 14 personnes s'est retrouvé de bon matin à Juziers, la douceur n'était pas au rendez vous

un poisson d'avril

L'air était encore humide et brumeux, mais heureusement la pluie des deux derniers jours avait cessé ! Néanmoins elle avait souvent transformé les chemins creux en pataugeoires, obligeant les randonneurs à redoubler de vigilance et d'équilibre, faisant taire les bavards, si ce n'est pour évoquer la mémoire de Petula Clark et tenter de se rappeler les paroles de "La gadoue" !

Le cadeau, ce fut la découverte du charme improbable de Juziers, petite commune d'un peu moins de 4000 habitants, en bord de Seine et à l'entrée du parc naturel du Vexin.

Improbable, car Juziers est bordée de cités industrielles, Gargenville, Aubergenville, Porcheville, assez peu avenantes, abritant cimenteries, stockages et entrepôts divers, profitant des facilités de transport sur la Seine. Et c'est justement en longeant la Seine que nous fîmes notre première découverte, l'ile verte de Mézy-sur-Seine, préservée de toute circulation automobile, n'étant accessible que par bateau. Elle appartient à une copropriété privée et est consacrée à la nature et aux loisirs, comportant des terrains de sport, une piscine, des jeux pour enfants ; étant classée zone inondable, elle ne comprend que des résidences secondaires et théoriquement aucune habitation principale.

un poisson d'avril

Quittant les bords de Seine, notre seconde découverte fut l'église Saint Michel, de style roman du XIe siècle, classée monument historique, mais comme souvent elle était fermée ...jusqu'au lendemain soir pour un concert de musique classique !

un poisson d'avril

Cette légère déconvenue n'entama heureusement pas le moral de la troupe, qui en eut bien besoin pour affronter la côte d'Apremont, bien nommée, et atteindre le hameau d'Apremont, aussi appelé hameau des artistes, en souvenir notamment du dessinateur et écrivain, Ferdinand Bac, petit neveu illégitime de Napoléon Ier, qui venait passer y passer ses étés à la fin du 19ème siècle, avant de se retirer à Menton.

un poisson d'avril

Un long parcours en forêt nous amena ensuite sous les lignes à haute tension, provenant de la toute proche centrale thermique de Porcheville. Ce fut évidemment pour certains l'occasion d'évoquer quelques souvenirs de pétroliers, puisque cette centrale au fioul, comprenant quatre générateurs de 600 MW chacun, était alimentée par la raffinerie BP de Vernon. Partiellement arrêtée en 1995 en raison de la hausse de prix du pétrole, elle fut ensuite rénovée pour utiliser du fioul TBTS (très basse teneur en soufre) et fonctionne actuellement comme appoint pour faire face aux pointes de consommation et assurer la sécurité du réseau électrique en région parisienne…mais plus pour longtemps, puisqu'EDF a annoncé sa fermeture d'ici 2018 ! Que deviendront les tours de 220 mètres de haut, devenues tellement familières aux usagers de l'autoroute de l'Ouest ?

un poisson d'avril

Avec l'apparition du soleil, ce fut alors, au bord du petit étang des poiriers, dans le hameau de La Chartre (Brueil-en-Vexin) le moment de la pause casse-croûte et l'occasion pour Hubert et André, qui avaient convenu un peu plus tôt devant Saint Michel d'entamer une année de miséricorde, de vider leur sac…de sa bouteille de rouge et d'en faire profiter les amateurs ! Et chacun, comme pour se justifier, de rappeler que la consommation de vin avait été divisée par 3 depuis 50 ans, qu'il n'était pas rare qu'un travailleur de force en consomme jusqu'à 5 ou 6 litres par jour, ou encore de citer Georges Feydeau qui faisait remarquer que la supériorité de l'homme sur l'animal était de pouvoir boire quand il n'a pas soif !

un poisson d'avril

C'est sous le soleil et devant un horizon dégagé que nous redescendîmes paisiblement vers la Seine, pour terminer notre randonnée, contents de pouvoir enfin découvrir ce paysage contrasté de verdure et de béton, que la matinée perfidement avait caché !

un poisson d'avril

Vous aurez compris, je pense, que cette randonnée n'était vraiment pas un poisson d'avril : pas d'anguille sous roche, pas de muet comme une carpe, pas de randonneuse plate comme une limande ni de randonneur aux yeux de merlan frit, pas d'aigrefin ni de requin de la finance !

Non, ce fut un vrai cadeau pour commencer cette saison de randonnées printanières et estivales.

FB/ 2 avril 2016

 

Le chemin du Mesnil à Juziers(78820), les bords de Seine, le raidillon d’Apremont, leGR2, le chemin de Saint Laurent, la coupe de la HT, le bois des Cailloux, la Chartre, la croix de la Chartre, les vallées, Juziers

Le Parcours

Commenter cet article

Hubert 04/04/2016 10:52

Comme d'habitude très beaux commentaires de notre écrivain, maintenant Boulonnais !