Le sanatorium d'Aincourt

Publié par club rando

Origines    du    Sanatorium    d’Aincourt    
    Le    bacille    responsable    de    la    tuberculose    a    été    mis    en    évidence    en    1882    par    Robert    KOCH    à    la    suite    des    travaux    de    Pasteur.    Les    recherches    sur    la    maladie    et    son    éradication    ont    peiné    pendant    de    nombreuses    années    face    notamment    à    l’incrédulité    de    beaucoup.    Durant    la    Grande    guerre,    une    épidémie    de    tuberculose    s’était    propagée    dans    les    troupes    Françaises    amenant    le    gouvernement    à    prendre    les    1ères        mesures    en    matière    de    prévention...    
    La    loi    “Léon    Bourgeois“    prise    en    1916    impose    la    création    de    dispensaires    sur    l’ensemble    du    territoire    sur    l’exemple    de    celui    créé    à    Lille    par    le    Professeur    Calmette.    Il    y    a    100    ans...    on    dénombrait    en    France    85    000    décès    par    an    de    la    tuberculose.    
    En    1919,    la    loi    “André    Honnorat“    prenant    modèle    sur    les    Etats    Unis    lance    un    véritable    plan    de    mise    en    place    de    structures    lourdes    pour    le    traitement    de    la    maladie.    Ce    programme    perdurera    jusqu’aux    années    50.    
    La    1ère    campagne    nationale    du    timbre    antituberculeux    est    lancée    en    1925.    
    C’est    dans    le    cadre    de    la    Loi    Honnorat    que    le    Conseil    Général    de    Seine    et    Oise    décide    le    2    juillet    1929    la    construction    d’un    sanatorium    à    AINCOURT    (aujourd’hui    dans    le    95),    au    lieu-dit    “la    Bucaille“    (dérivé    de    “buc“,    nom    topographique,    forme    dialectale    du    mot    “bois“).    La    conception    est    confiée    en    1931    aux    architectes    Edmond    Crevel    et    Paul-Jean    Devoux.    Elle    s’appuie    sur    la    réalisation    de    3    bâtiments    principaux    en    gradins-terrasses    d’une    capacité    unitaire    de    150    lits,    et    exposés    Sud-Sud-Est.    Le    domaine    de    75    ha    présente    de    nombreux    avantages    :    situé    sur    l’un    des    points    culminants    de    l’ancienne    Seine-et-Oise    (202m)        il    est    doté    des    qualités    sanitaires    du    moment: air pur et isolement

Le sanatorium d'Aincourt

Pour    renforcer    les    attraits    naturels    du    site,    une    véritable    forêt    de    pins    des    Vosges    fut    érigée    sur    le    domaine    afin    de    recréer    des    conditions    climatiques    proches    de    celles    de    la    moyenne    montagne.    La    cure    d'air    frais    et    le    repos    constituaient    le    principal    axe    thérapeutique    alors    en    vigueur,    à    une    époque    où    les    antibiotiques    n'existaient    pas.    Afin    d’éviter    tout    risque    de    propagation    épidémique,    les    3    pavillons    furent    implantés    à    200m    les    uns    des    autres.    Du    Nord    au    Sud    on    trouve    :    
    • le    pavillon    des    femmes    (ou    pavillon    du    Docteur    Vian    dit    «    pavillon    des    Peupliers    »),    • le    pavillon    des    enfants    (ou    «    pavillon    des    Cèdres    »),            • le    pavillon    des    hommes    (ou    pavillon    Adrien-Bonnefoy-Sibour)    dénommé    également    «    pavillon    des    Tamaris    »)            Chaque    bâtiment,    de    220    mètres    de    long    sur    12    mètres    de    large,    comprend    trois    étages    de    chambres    disposés    en    gradins    et    un    toit-terrasse.    Chaque    niveau    possède    aussi    une    terrasse    de    cure    continue    compartimentée    avec    des    pare-vents    en    verre    dépoli    destinés    à    isoler    chaque    chambre.    Ces    terrasses,    ou    solariums,    sont    des    espaces    de    cure    cruciaux    pour    le    traitement    de    la    maladie,    les    patients    bacillaires    astreints    à    un    repos    absolu    devant    y    passer    plusieurs    heures    par    jour    aux    heures    d'ensoleillement,    à    respirer    l'air    pur.    Le    sana    entre    en    service    le    18    juillet    1933.    Doté    au    départ    de    100    lits,    sa    direction    est    confiée    à    un        élève    du    Pr    Léon    Bernard,    le    Dr    Albert    Feret    spécialiste    des    traitements    médicaux    et    chirurgicaux    de    la    tuberculose.    En    octobre    de    la    même    année,    la    capacité    est    portée    à    500    lits.    L’année    1934    enregistre    418    admissions,    209    patients    et    45    décès.    
    A    l’approche    du    conflit,    les    enfants    seront    évacués    le    9    septembre    1939.    Situé    en    pleine    zone    de    conflit    armé,    le    sanatorium    d'Aincourt    dut,    en    juin    1940,    évacuer    les    autres    malades    qui    furent    répartis    dans    différents    centres    de    cure    provinciaux    protégés,    en    Bretagne    notamment.    Il    fermera    ses    portes    le    9    juin    1940.        
    Le    sana    est    alors    réquisitionné    par    les    autorités    militaires    françaises    en    tant    que  Centre de Séjour surveillé

 

Le    Camp    
    Le    5    octobre    1940    il    devient    le    1er    «    Camp    d'Internement    Administratif    »    de    la    zone    Nord    en    application    des    décrets    de    1939    pris    par    le    gouvernement    de    Vichy    en    accord    avec    les    autorités    d’occupation.    Sa    “gestion“    est    confiée    à    la    police    nationale,        sous    la    direction    du    commissaire    Andrew,    ancien    des    R.G.    Le    2    septembre    1940,    de    nouveaux    décrets    sont    pris    amenant    à    la    dissolution    du    parti    communiste,    des    syndicats,    des    organisations    démocratiques    et    des    municipalités.    Il    est    procédé    à    plus    de    500    arrestations    en    région    parisienne.    Le    Préfet    de    Seine-et-Oise    Marc    Chevalier    a    pouvoir    d’interner    à    Aincourt    «    tous    les    individus    désignés    par    lui    –    sans    enquête    et    sans    jugement    –    et    considérés    suspects    ou    dangereux    pour    la    défense    nationale    ».    
    210    internés    sont    amenés    dès    le    9    octobre    et    placés    dans    le    bâtiment    Bonnefoy-Sibour.    Fin    novembre,    ils    seront    600,    entassés    dans    un    seul    des    3    bâtiments...    et    667    en    juin    41    !    Ils    viennent    des    départements    de    la    Seine,    Seine-et-Oise,    Seine-et-Marne    et    du    Finistère.    Ils    sont    communistes,    syndicalistes,    socialistes,    francs-maçons    et    résistants de tous réseaux

Le sanatorium d'Aincourt

Le    4    décembre    1940,    100    d’entre    eux    seront    emmenés    à    Châteaubriant    parmi    lesquels    27    seront    fusillés    le    22    octobre    1941    (dont    J.-P.    Timbaut,    secrétaire    du    syndicat    de    la    métallurgie).        Pour    éviter    la    formation    de    groupes    de    résistance,    des    transferts    sont    régulièrement    organisés    vers    d’autres    camps    ou    prisons    :    Fontevrault,    Clairvaux,    Châteaubriant,    Poissy,    Rambouillet,    Gaillon,    Voves,    Rouillé…    Beaucoup    prendront    le    chemin    de    Compiègne    d’où    ils    seront    déportés    vers    les    camps    de    la    mort    d'Auschwitz,    Buchenwald    et    OranienburgSachsenhausen.    
    En    mai    1942,    le    camp    d’Aincourt    est    ouvert    aux    femmes    :    des    résistantes    et    des    juives    accompagnées    de    leurs    enfants.    Les    occupants    viendront    en    1er    lieu    chercher    ces    dernières.    Leurs    enfants,    d’abord    pris    en    charge    par    les    autres    internées,    seront    ensuite    emmenés    par    la    Croix    Rouge.    Le    15    septembre    1942,    le    camp    est    évacué.    Livrées    à    la    Gestapo    par    la    police    de    Vichy,    les    internées    restantes    furent    déportées    en    majorité    au    camp    de    Ravensbrück    d’où    bien    peu    revinrent.    
    Le    camp    aura    vu    passer    1    500    internés    au    total,    dont    2    députés    communistes.    Il    ferme    définitivement    le    15    septembre    1942.        
    Le    camp    transformé    en    école    de    formation    
    Il    est    alors    remplacé    par    un    centre    d'entraînement    des    miliciens.    Les    premiers    arrivèrent    à    Aincourt    en    novembre    1942.    En    mars    1943,    le    secrétaire    général    de    la    Police    du    gouvernement    de    Vichy,    René    Bousquet    y    installe    une    école    de    formation    des    Groupes    Mobiles    de    Réserve    «    GMR    »,    chargés    avec    la    milice,    de    la    chasse    aux    résistants.    Cette    structure    fut    officiellement    dissoute    le    13    septembre    1943.    
    Le    29    août    1944,    les    Américains    s’emparent    du    camp    et    le    314ème    Régiment    y    installe    momentanément    son    P.C.    
    Une    stèle    commémorative    fut    érigée    sur    le    site    en    1994.    Elle    stipule    qu'Aincourt    est    considéré    comme    un    camp    de    concentration.    Chaque    année,    une    cérémonie    a    lieu    le    premier    samedi    d'octobre,    en    mémoire    des    déportés    qui    furent    internés    là    entre    1940    et 1942

1946-2001    :    renouveau    et    incertitude    
    En    1946,    le    sanatorium    rouvrit    ses    portes.    En    1955,    un    nouveau    bloc    opératoire    fut    inauguré.    Mais    l'arrivée    des    antibiotiques    et    la    régression    de    la    tuberculose    obligèrent    les    pouvoirs    publics    à    reconsidérer    la    destination    du    sanatorium    qui    bénéficia    d'aménagements    progressifs    destinés    à    le    mettre    en    conformité    avec    les    normes    sanitaires    modernes    et    dans    une    perspective    désormais    pluridisciplinaire.    En    1972,    le    sanatorium    devint    un    centre    médical    et    le    pavillon    des    Cèdres    subit    des    travaux    de    rénovation    jusqu'en    1975    pour    devenir    un    centre    de    rééducation    fonctionnelle.    En    1970,    à    l'initiative    du    docteur    Hamon,    alors    directeur    du    Centre    Médical    de    la    Bucaille,    féru    de    culture    extrême-orientale    et    de    philosophie    Zen,    un    jardin    japonais    fut    aménagé    entre    le    pavillon    des    Cèdres    et    les    annexes    techniques.    Son    aménagement,    fidèle    aux    préceptes    du    traité    du    Sakutei-ki,    évoque    des    jardins    célèbres    du    Japon    :    celui    du    Sambô-in,    pour    la    cascade,    l'île    et    le    petit    pont    ;    le    château    Nijô    pour    l'agencement    des    rochers    et    les    zones    sacrées    autour    du    sanctuaire    de    Nara    pour    la    porte    rituelle    Torii.    
    4    
Les    travaux    furent    exécutés    par    les    jardiniers    et    les    ouvriers    d'entretien    du    centre    hospitalier.    Les    agriculteurs    des    environs    firent    don,    à    l'occasion,    des    rochers    de    grès    aux    formes    artistiques.    Les    infrastructures    s'avérant    de    plus    en    plus    inadaptées    à    la    pratique    d'une    médecine    toujours    plus    exigeante,    le    rez-de-chaussée    du    pavillon    des    Tamaris,    utilisé    spécifiquement    pour    soigner    la    tuberculose,    fut    fermé    en    1987.    Le    pavillon    des    Peupliers ferma totalement ses portes en 1988. En 2001 ce fut le tour des Tamaris;

Jusqu’à    aujourd’hui...    
    Seul,    l'ancien    Pavillon    des    enfants    (les    Cèdres)    continue    de    fonctionner,    devenu    depuis    C.    H.    du    Vexin    puis    le    1er    janvier    2011,    le    Groupement    Hospitalier    Intercommunal    du    Vexin.    Les    deux    autres    bâtiments    (Peupliers    et    Tamaris),    désormais    vides,    furent    la    proie    du    vandalisme    et    de    pillages    multiples    en    l'espace    de    quelques    années.    Les    vandales    désossèrent    littéralement    les    lieux    de    tout    ce    qui    n'appartenait    pas    au    gros    œuvre,    saccagèrent    ce    qu'ils    ne    purent    emporter.    Les    murs    portent    les    stigmates    des    batailles    de    Paintball    organisés    nuitamment    et    de    l'intervention    de    tagueurs    parfois    talentueux.    Aujourd'hui,    ces    deux    bâtiments    pourtant    inscrits    à    l'inventaire    supplémentaire    des    monuments    historiques    offrent    le    spectacle    désolant    de    grandes    carcasses    de    béton    battues    par    les    vents.    Malgré    les    outrages    subis,    ils    conservent    encore    fière    allure,    attestant    de    la    qualité    de    la    construction    et    de    la    perfection    de    leur    ligne    architecturale    digne    des    exemples    d'architecture    paquebot    les    plus    fameux    du    style    fonctionnaliste    de    l'entre-deuxguerres.        
    Le    pavillon    des    Peupliers    désormais    inaccessible    (pav.    des    Hommes)    a    servi    pour    des    shooting    photos    et    le    tournage    de    certaines    séquences    de    films    :    • Le    Serpent    d’Eric    Barbier    (2006)    avec    l’affrontement    viril    des    acteurs    Clovis    Cornillac    et    Yvan    Attal,    • Demain    tout    commence    de    Hugo    Gélin    (sorti    en    déc.    2016)    où    l’on    voit    Omar    Sy    se    jeter    du    sommet    de    la    tour    sous    les    yeux    horrifiés    de    sa    fille    (Gloria    Colston).        Ce    bâtiment    a    également    servi    aux    sapeurs    pompiers    à    expérimenter    des    procédures    de    lutte    contre    les    incendies.    
    Un    projet    subsiste    encore    pour    les    2    pavillons    (Tamaris    et    Peupliers)    dont    la    vente    permettrait    leur    réhabilitation.    En    attendant,    le    pavillon    des    Peupliers,    a    été    mis    à    disposition    d’un    club    d’Airsoft    (par    le    biais    d’une    convention    précaire),    permettant    à    ses    membres    de    s’y    livrer    à    des    combats    simulant    des    scènes    de    guérillas    au    moyen    de    répliques    d’armes    de    guerre    tirant    des    projectiles    en    plastique.    
    Un    roman    de    Valentine    Goby    sorti    en    2016    (aux    éditions    Actes    Sud),    un    Paquebot    dans    les    Arbres,    situe    le    cœur    de    son    action    au    Sanatorium    d’Aincourt    en    mettant    en    scène    la vie d'une famille bien réelle dans les années 1960, ravagée par cette terrible maladie

Fabien G;
Documentation : archives CHI Vexin, Association Mémoire d’Aincourt, archives Résistance, Brochure Hôpital Aincourt

Remerciements à M.Claude le Bouil, Direction de la Communication du CHIV