201410 les controverses d'Alésia

Publié le par club rando

L’hôtel de l’Ecu à Montbard(21500) délivre le charme désuet des établissements d’antan. Il est resté dans son jus mais avec des rafraîchissements en phase avec les standards du moment. Sa dimension gastronomique est demeurée intacte dans la permanence du plaisir et du bonheur. Ce second soir, vu le menu, le serveur propose de s’en tenir à une seule gamme en vins rouges. Faudra-t-il donc faire l’impasse sur le bourgogne blanc si léger de la veille ? La moitié des convives le suit mais l’autre regimbe. Elle imagine déjà l’abandon d’un rituel attendu et surtout croit sentir de la restriction. Avant que la polémique gonfle, elle passe à l’offensive. Les bouteilles de blanc commandées, l’apaisement décrispe les tensions. Le repas tout entier vient de gagner en bien-être et la convivialité monte crescendo. Les frondeurs ont gagné, la controverse n’a pu s’installer.

alesia 1

Du haut de sa colonne d’Alésia, née d’une commande de Napoléon III, Vercingétorix, l’impétueux chef gaulois protège le groupe des 23 randonneurs qui vient lui rendre hommage. Le relief doux et harmonieux des monts  de l’Auxois se prête tout naturellement à cette escapade de trois jours en ce beau début d’octobre. Nos marcheurs ne demandent qu’à feuilleter une belle page d’histoire tout en profitant du grand air, du patrimoine et de jolies courses.

alesia 2La météo est exceptionnelle. Le soleil s’est tous les jours imposé avec une force tranquille. Passée la brume matinale, les polaires sont remisées au fond du sac. Les marches vont se succéder "toutes fenêtres ouvertes" et casquette vissée sur la tête. Un parfum d’été flotte dans l’air léger qui est, affirme Hubert, l’un des plus purs de France. Dans ces paysages, le point culminant se situe à moins de 450 mètres. Pas de hautes montagnes donc mais les chaussures à tige sont nécessaires pour partir à la découverte des sentiers.

alesia 21Au sud de Montbard, les pas résonnent sur des calcaires jurassiques le plus souvent recouverts de terres céréalières. La rivière, la Dardange, entaille le plateau et la traversée d’un versant à l’autre se fait par des chemins ombragés. Annie et Bernard,  venus nous retrouver en voisins, sont aussi pétillants et généreux que les bulles qu’ils ont amenées pour rafraîchir les gosiers.

alesia 3

Les horizons sont dégagés. Les formes du relief sont amples et ouvertes sur de vastes parcelles de cultures et de prairies. Martine a pris en main la destinée de la troupe. La raideur de la montée du bois de Villers éparpille les marcheurs. Certains fulminent. Martine ne quitte pas le groupe qu’on vient de lui confier et le rassemble autour d’elle. Si elle desserre sa prise une seconde, tout est perdu. Elle ne lâchera rien.

alesia 4

La descente vers Montbard révèle une des caractéristiques de la cité. Elle a fructifié  l’héritage  des traditions minières et métallurgiques initiées depuis les Gaulois. Les entreprises industrielles prospèrent mais ont du mal à couvrir les emplois ou à attirer des compétences de l’extérieur. Etrange paradoxe, les jeunes ont quitté le territoire et le centre ville totalement assoupi, doucement, se meurt.

alesia 5Reste à s’offrir un plaisir majuscule, la visite de l’abbaye de Fontenay. Fondée en 1118, c’est l’un des plus anciens monastères cisterciens d’Europe qui va bientôt fêter ses 900 ans. L’abbaye  s’est construite par étapes. Les règles de Saint Benoît y sont strictes. La paresse est l’ennemie de l’âme et il n’y a rien de plus contraire à tout chrétien que de manger trop étaient des maximes familières aux moines. Les frères convers, ces manuels qui travaillaient sous l’autorité des pères disposent d’une énergie essentielle : celle de leurs bras. "Ora et Labora , Prie et Travaille". Ce sont eux qui seront employés dans une fonderie pour fabriquer tiges, outils et peut-être même des armes. L’abbaye est reconvertie en papeterie après la Révolution, cela lui évitera de finir comme carrière de pierres. En 1906 un banquier, Edouard Aynard, se propose de l’extraire de sa gangue industrielle pour lui rendre son aspect médiéval. Ses descendants par la suite ont magnifiquement restauré cet héritage exigeant. Tout l’espace extérieur a été repensé en un ensemble paysager. Si la contemplation de ces belles pierres laisse l’émotion intacte, le souffle de l’esprit peut avoir disparu. L’ordonnancement des jardins opulents a occulté le petit carré de terre entretenu laborieusement par les moines. L’envie de métamorphose n’a-t-elle pas trahi la sobriété cistercienne ? Le débat est lancé chez les visiteurs. Les opinions des uns ripent sur la sensibilité des autres. Ils se regardent mais ne s’écoutent pas. Marc pressent que cette controverse peut altérer la douceur de cette fin d’après-midi. Il propose vite de se retrouver à l’hôtel pour goûter l’écume de la bière fraîche.

alesia 6Flavigny-sur-Ozerain, perché sur un éperon rocheux, rompt avec les grands espaces de la veille. L’importance des taillis, des zones humides près de la rivière n’arrivent pas à cacher les chahutements du terrain. Au pont de Laizan une ancienne dépendance monastique est reconvertie en un nouveau domaine viticole. Au-dessus du bois de Pennevelle se distingue une ancienne cabane de vigneron ou de carrier. Dans la boucle du Mont Drouot le paysage se referme entièrement dans les bois puis s’ouvre sur le plateau pour admirer le village.

alesia 7Les portes fortifiées de Flavigny cachent un important patrimoine immobilier religieux. Dans les ruelles, des touristes japonaises à chapeaux font la pige à quelques anglais distingués. Mais aujourd’hui ce sont des robes noires qui créent la sensation. Des séminaristes en soutane ont investi la cité et profitent de quelques instants de loisirs. Ces jeunes traditionnalistes semblent affronter avec légèreté la radicalité de leur engagement.

L’oppidum d’Alise-Ste-Reine surplombe le Centre d’Interprétation consacré à la fameuse bataille d’Alésia qui précipita la chute de Vercingétorix devant César.

alesia 8 C’est le temps fort de notre venue. Ce magnifique bâtiment propose un parcours scénographique et des démonstrations de savoir-faire consacrés à cette période. Le nom n’est pas anodin. Un musée expose, un centre d’interprétation raconte. Avec beaucoup d’érudition et de distinction, son guide avance ses certitudes. Il les étaye par la toponymie et des fouilles qui ont permis d’exhumer de nombreux vestiges.

alesia 9

Dans le groupe, André n’est pas convaincu. Il assène une série de questions à son contradicteur. Il fait réfléchir sur le danger de l’a priori, sur l’influence des hommes et des  volontés politiques. Le débat s’engage à fleurets mouchetés, les deux locuteurs sont subtils. La controverse finit amicalement devant des vérités historiques partagées. Pour André cette reddition de principe cache en fait un petit raffinement d’autosatisfaction. Une façon bien élégante pour éviter de dire : "Je suis bien trop modeste pour arriver à vous convaincre de la finesse de mon choix". Mais il prendra sa revanche, le même soir, dans l’exposé prévu pour l’apéritif à l’hôtel, où assure-t-il "Rien ne sera laissé dans l’ombre d’un doute!"

alesia 10

Alésia ne se situerait pas en Bourgogne mais dans le Jura ! Séquanes contre Eduens, officiels contre dissidents. Quelle est donc la vérité ! Ceci dit, certains marcheurs rappellent que de nombreux autres sites historiques sont remis sur la sellette. Christian qui réside au cœur de Paris révèle que Lutèce, qu’on a tant de  fierté à imaginer sur les rives de l’Ile de la Cité, se situerait peut être du côté de Nanterre. Quelle gifle pour les parisiens !

En tous cas il y a un sujet pour lequel ils resteront intraitables : Que la station de métro Alésia reste dans le quatorzième. Et là, pas de controverse possible !

 

 

Les parcours du séjour

Jeudi 2 octobre Visite du Centre d’Interprétation et du site de l’oppidum d’Alise Ste Reine

Vendredi 3octobre  Gare de Montbard, chemin de Courtangis, Crêpand, Château de Montfort, Montigny.M, bois des larceaux, Villers, chemin de champ bonet, gare de Montbard 

Samedi 4 octobre Flavigny sur Ozerain, pont laizan, chemin de Pennevelle, ferme d’épermaille, montée nord de Flavigny, sentier de Bibracte, montée du mont Drouot, les tanneries, Flavigny

Commenter cet article

SIROT 07/10/2014 22:10

La lecture des premières lignes me permet de constater que les _bonnes_ habitudes sont respectées !
A bientôt, et amitiés à tous