L'idole déboulonnée

Publié le par club rando

En ce matin du 9 janvier, le goût de la nouvelle année 2015 n’est pas encore vraiment affirmé en bouche. Les premières gorgées de la veille et l’avant-veille permettent d’y déceler déjà beaucoup d’acidité. Cela n’empêche pas les 33 participants de souhaîter le meilleur des possibles à la cuvée à venir. Qu’elle devienne, si elle ne peut être un nectar d’exception, au moins un cru honnête et de bon aloi !

boul 1

Hubert stoppe bien vite les effusions. C’est lui qui va mener le circuit du jour, minutieusement préparé au cœur de Boulogne-Billancourt(92100), sa ville, son fief. Il est impatient d’entraîner la troupe nombreuse à suivre ses pas. Celle-ci, un peu surprise par son allant, se laisse vite porter par une telle énergie.

boul 2

Les serres luxuriantes d’Auteuil accueillent de nombreuses plantes destinées principalement à l’ornementation de la Ville de Paris. Elles représentent aussi un joli lieu de promenade où nos visiteurs de passage découvrent des ambiances changeantes, d’inspiration japonisante et méditerranéenne. Cet espace est en crise car très convoité. Après d’âpres conflits, une petite partie les"serres chaudes"sera affectée au projet de modernisation des courts de Roland-Garros. Que  peut-on conseiller aux plantes pour résister à l’appétit constant des promoteurs ? Se transformer en pièges mortels et devenir carnivores !

boul 3

Tout près, la piscine Molitor vient à peine de se réveiller de 25 ans de sommeil profond. Sa rénovation complète l’a transformée en hôtel contemporain tout en gardant à l’identique ses bassins d’été et d’hiver. Pour y nager il faut mouiller un maillot taille grand luxe. Pourtant son distingué concierge ouvre exceptionnellement le site à la visite sans exiger d’autre pourboire que des sourires reconnaissants.

 boul 4

Les Boulonnais prennent soin de l’image de leur ville.  L’architecture de l’entre-deux-guerres est un de leurs trésors. L’Art Déco puis le Mouvement dit Moderne vont succéder à l’exubérance et la fantaisie que l’on retrouve davantage à la jointure du seizième arrondissement. Ces tendances architecturales reprennent des points-clés comme les toits en terrasse, les fenêtres en longueur, les façades en plan libre. Le guide du jour est inflexible. Aucune des  villas et maisons particulières qui reflètent la novation des années trente, très présentes dans les quartiers "les Princes et Marmottan", n’échappe à son inventaire vigilant. Et pas question d’en sauter une ni de regimber !

boul 5boul 6

L’église Notre-Dame-de-Boulogne est à l’origine du nom de la ville. Le hameau des "Menus-de-Saint-Cloud" fut choisi par le roi Philippe le Long pour y construire un sanctuaire à l’image de celui de Boulogne-sur-Mer, objet de sa dévotion. En grandissant, vers l’an 1330, ce hameau prendra le nom qualifiant son église puis deviendra Boulogne-Billancourt au début du vingtième siècle. L’affable bedeau de la paroisse abreuve le groupe de dépliants comme s’il cherchait à distribuer des indulgences. C’est donc en procession que les marcheurs se rendent au parc Rothschild tout proche. Un château fantomatique au propriétaire incertain, des espaces verts morcelés, il ne reste plus que quinze hectares de l’ancienne propriété du baron James de Rothschild. Vidé, meurtri, le château, qui n’est plus qu’une ruine, contemple un joli jardin japonais et son lac central. Des passants indisciplinés y bravent l’interdit en jetant du pain aux canards.

boul 7

Ce n’était pas prévu, mais Hubert a tenu à conclure la matinée par un accueil à son domicile. Invité par surprise, le groupe apprécie l’attention et se laisse faire. La cuisine de la brasserie "l’Intermittent" se distingue par une excellente régularité des saveurs dans sa dimension gastronomique. Le serveur, esseulé devant le nombre, prodigue ses interventions avec une persévérance héroïque.  Mais le rendez-vous à venir sera un peu retardé. A la reprise de la balade, le beau temps s’est installé. En face du parc de Saint-Cloud, la Seine s’élargit comme si elle voulait mieux affirmer sa présence.

Au niveau du pont de Sèvres la rupture du paysage urbain est manifeste. La ville a longtemps entretenu un destin  résidentiel au nord et ouvrier au sud. La fracture est toujours visible, bien que la physionomie de Billancourt soit en totale transformation depuis le réaménagement des anciens terrains Renault.

La nouvelle zone "Seguin, Rives-de-Seine" vient d’effacer la cité-usine du siècle dernier. Renault s’est séparé de tous ses actifs immobiliers dans Boulogne. La manière dont Renault s'est défait de Billancourt et l’Ile Seguin a laissé un sentiment d’abandon par rapport à une ville principalement identifiée comme son berceau industriel. Aujourd’hui le divorce est consommé, l’idole déboulonnée.

boul 8

La tour Horizon est une construction emblématique d’un quartier nommé maintenant "le Trapèze". Dans son immense hall d’accueil le concierge principal explique son concept architectural qui révèle dans les hauteurs une succession de paysages horizontaux. On devine quelques clichés dans la répétition d’un discours ordonné. Michel fait vite tomber la posture. Et le dialogue reprend une autre dimension. Le dernier rendez-vous est programmé au bureau d’aménagement de l’Ile Seguin. Sa reconversion tant attendue doit en faire l’île de tous les arts. Plusieurs scénarios ont été proposés aux Boulonnais qui ont redouté très longtemps que sa reconstruction glisse de "la promotion de la culture à la culture des promoteurs". La maquette présentée est sobre, pleine de promesses, avec des bâtiments ronds et des verrières. Plus de tours, puisque les habitants les rejettent. Seulement un conservatoire de musique sur la partie aval et un pôle d’art contemporain sur l’amont. Et beaucoup d’espaces verts et promenades. Il ne manque qu’une desserte par les transports publics, restée pour l’instant hypothétique.

boul 9

Pour le groupe, la conduite de l’animateur du jour a été l’aveu de son implication dans sa cité. Entre sa passion récente pour l’écologie urbaine et le souvenir d’anciens engagements en tant qu’édile, il maîtrise son monde. Qui le lui rend bien et lui reconnaît aptitude et talent. André s’en amuse et lui lance en guise de remerciements : "Et bien, Hubert, n’es-tu-pas devenu l’idole des Boulonnais !"

L’intéressé sourit mais ne répond pas. Il sait bien que tout ce qui est excessif devient insignifiant.

 

 

Le Parcours

Porte d’Auteuil, les serres d’Auteuil, la piscine Molitor, le parcours des années trente dans les quartiers les Princes et Marmottan, l’église Notre Dame, le parc Rothschild, le Théâtre, le musée J.P. Belmondo, Quai Alphonse Gallo, le passage du Vieux Pont de Sèvres, la tour Horizon, le parc de Billancourt, l’Ile Seguin.

 

 

Commenter cet article