Origine et histoire de la boucle de Guernes

Publié par club rando

Pourquoi Boucle de Guernes ? Cette appellation est donnée au secteur géographique qui nous intéresse aujourd'hui. La boucle de Guernes et la suivante, celle de Moisson, sont considérées comme les plus beaux méandres de la Seine.

Deux autres ( belles) boucles trouvées prés de la Seine

Deux autres ( belles) boucles trouvées prés de la Seine

Un peu de climato-géo-sociologie... Géologiquement, durant la période quaternaire(1), en dehors des phases de glaciation, la Seine - à l'époque bien plus puissante qu'aujourd'hui - a creusé de vastes sillons dans les terres qu'elle traversait, sillons propices aux dépôts alluvionnaires. Ce fut particulièrement le cas pour la boucle de Guernes où les dépôts successifs ont progressivement constitué une énorme réserve de matériaux de qualité (granulats et sables) pour la construction. Ceux extraits dans la boucle de Guernes ont été employés aussitôt après la fin de la dernière guerre pour la fabrication du béton nécessaire à la reconstruction du Mantois. Le barrage-écluse de Méricourt a été construit en 1886 et modernisé en 1965. Il comporte 2 écluses à grand gabarit (160 et 185 m) et 5 vannes pour le barrage. Le dénivelé "normal" entre bief amont et bief aval est de 4 m. Même si la demande tend actuellement à s'essouffler, Lafarge exploite encore aujourd'hui les carrières présentes dans cette boucle. Ainsi la nature, puis l'homme, ont contribué à la création du paysage tout à fait particulier qui s'ouvre au yeux du randonneur. L'extraction y est encore de l'ordre de 600 000 tonnes/an. Une partie des matériaux est évacuée par la voie maritime. C'est en particulier de Sandrancourt que provient le sable utilisé pour Paris-Plage (2 000 t/an). Conscient de la transformation profonde opérée par ces multiples saignées, Lafarge contribue désormais à redonner, pour notre plus grand bonheur, une nouvelle vie à ce secteur fortement bouleversé en aidant la nature à se réapproprier les terres qui ne sont plus exploitées.

Origine et histoire de la boucle de Guernes
Origine et histoire de la boucle de Guernes

Ainsi, les zones de travail se déplacent au fil du temps, comme le faisaient autrefois les dernière période ayant débuté il y a 2,6 millions d’année Remodelée par l’Homme, la nature reprend ses droits et nous pouvons en suivre l'évolution : - un port de plaisance a été aménagé sur les anciennes carrières : le Port de l'Ilon. - entre le barrage-écluse de Méricourt et Sandrancourt, l'ancien chemin de halage est désormais en partie immergé (une rivière à poissons a été aménagée au droit du barrage) ; - la partie restante a été détruite laissant place à un no man's land totalement infranchissable, propice à la prolifération d'espèces nouvelles dans le secteur (oiseaux, mammifères, reptiles et insectes). - en compensation de cette disparition du chemin de halage, la rive droite du fleuve se dote progressivement d'une voie verte que nous emprunterons.

Origine et histoire de la boucle de Guernes

Les zones humides sont fréquentées par 160 espèces différentes d’oiseaux dont de nombreux oiseaux nicheurs(2) que les observateurs expérimentés peuvent étudier à loisir grâce aux nombreux postes d'observation aménagés. Ici, les hommes sont conscients d'être privilégiés au niveau de leur habitat. Ils sont donc attentifs à sa préservation. Prenons garde de ne pas les importuner lors de notre visite ! L'ensemble du site est classé Natura 2000 (classement des sites remarquables par la Communauté Européenne).

Origine et histoire de la boucle de Guernes

Et l'histoire dans tout celà ? Parmi les grandes familles françaises, on trouve en bonne place la famille de Bonnechose, originaire de Normandie. Jehan de Bonnechose se trouvait aux côtés de Philippe Auguste lors du siège de St Jean d'Acre en 1191. Parmi ses descendants, on trouve un 1er seigneur de Sadrancourt (ancienne orthographe du nom) dans les années 1660 en la personne d’Olivier de Bonnechose, lequel transmit sa charge à son fils aîné Marc-Antoîne, ce dernier y ajoutant plus tard la seigneurie normande de la Cour-du-Bosc. Un peu plus tard, en... 1944, ce sont les avant-postes de la 3ème armée américaine commandée par le général Patton qui réveillèrent l'histoire locale en choisissant ce lieu pour franchir discrètement la Seine, pour la 1ère fois, en empruntant la passerelle du barrage de Méricourt. Après sécurisation de la zone, le gros de la troupe franchit à son tour l'obstacle liquide au moyen d'un pont de bateaux réalisé en un temps record depuis Rosny-sur-Seine, au Sud, face à Guernes.

Origine et histoire de la boucle de Guernes

Une anecdote : à partir de 1870 et jusqu'en 1964, un bac assurait la traversée de la Seine entre Guernes et Rosny-sur-Seine. Principe : sur chaque berge, un poteau de 20 m de haut env. soutenait un câble, la “traille“. Un second câble reliait le bac à cette traille qui traversait le fleuve pour empêcher l'embarcation de dériver avec le courant. Le bac possédait une coque symétrique (avant et arrière parfaitement identiques). A chaque extrémité, un pont basculant ou pont d'embarquement facilitait la montée ou la descente après l'accostage. Le moteur fixé au centre et sur un côté du bac permettait le passage. Avant d'effectuer le retour, le passeur surélevait l'arbre et l'hélice puis les faisait pivoter de 180° ; ainsi le mouvement ramenait le bac de Rosny à Guernes.

Le tracé de la balade proposée

Origine et histoire de la boucle de Guernes

Texte et Photos F.G. mai 2016