La tour de Nesles

Publié le par club rando

On ne peut manquer cet édifice, de couleur ocre rose, situé dans  l’allée qui longe le bord du Sausseron. Comme beaucoup de ses cousines, la caserne des pompiers de Nesles-la-Vallée est dominée par sa tour, conçue à l’origine pour sécher les tuyaux. Cette tour est aujourd’hui autant un point de repère qu’un support d’antennes-relais. Belle occasion, au passage, de rendre hommage à ces hommes et femmes qui consacrent leurs nuits et leurs vacances au service de la communauté. Plus près de la voiture-balai que du secours contre le feu, ce corps de volontaires, récupère plus souvent les «hors délai» et les «cabossés» de la vie qu’il n’éteint les incendies de forêts.

La tour de Nesles

Au centre de Nesles, l’église semble le point d’ancrage de la commune. On y vient pour la prière, mais surtout pour garer son véhicule sur la place qui l’entoure. Un détour conduit devant le cimetière. Sur les pierres tombales, ou tout à côté, ont été déposées à la Toussaint les fleurs qui déclinent la demi-saison. Mais on ne prendra pas le temps d’en dresser l’inventaire puisque le train de tête exprime sa hâte de trouver sa cadence sur les sentiers.  

La balade proposée pour la journée abordera tous les contrastes du Vexin : les champs cultivés du plateau, les prairies des vallons, les coteaux boisés et des villages préservés où se maintiennent les allures du passé.

La tour de Nesles

Les brumes de mi-novembre ont posé un léger voile sur le Fond du Valmillon. Ce matin, les  17 participants se sont habillés avec des pulls bien chauds et des anoraks molletonnés. Une bourrasque, dans la nuit précédente, a fort opportunément dégagé le ciel, apportant clarté mais aussi fraîcheur. La matinée est pourtant loin d’avoir pris une dimension glaciaire. Christian, qui fréquente les rigueurs de l’Oural, s’étonne de cette prodigalité vestimentaire. Il sait que le blizzard ne va pas geler la plaine et qu’il n’y aura pas besoin de sortir les chiens de traîneau. Mais si le corps humain est une machine bien conçue pour produire des efforts,  il ne faut pas  trop lui compliquer la tâche. La côte du Bois Brulé prend un malin plaisir à activer la cocotte-minute interne qui bouillonne sous tant d’habillage. Plus le dénivelé augmente, plus vite s’ouvrent les fermetures trop hermétiquement contraintes.

La tour de Nesles

Sur le plateau de Ret, la plaine, loin d’une platitude monotone, est ponctuée d’arbres isolés et de bosquets plantés qui servent de refuge aux animaux. Si on tend bien l’oreille, on peut entendre au loin les croassements de corbeaux à la recherche de rapines à commettre. Sous le soleil retrouvé, l’automne est radieux. Du faîte des arbres aux plantes des sous-bois, les différentes teintes de rouge, vermillon, cramoisi, brique et rouille, embrasent la nature. La terre, toute récemment ramollie par les pluies précédentes, paraît plus compacte que lourde. Elle s’efforce de résister sous les pas puis s’affaisse à regret.

La tour de Nesles

Impénitente migrante et exilée consentante, Michael est revenue pour quelque temps. Ses voyages la mettent à l’abri de la tranquillité. A force de partir, elle donne l’impression de n’avoir pas bougé. En retrouvant le groupe et la marche, elle réaffirme son envie de revoir les chemins creux, de contempler l’alignement des collines et de chercher le secret des forêts.

La tour de Nesles

Le village de Hédouville est bien paisible, dans l’accord parfait entre les pierres de ses vieilles maisons et les toupets d’arbres qui les enserrent. Ce matin, les fenêtres ne trahissent aucune présence apparente. La seule agitation visible se concentre devant un chantier de rénovation d’habitat. Tout bruit est momentanément mis entre parenthèse. La localité se traverse à l’heure creuse de la matinée, celle qui échappe à l’intrusion des sonneries familières, à la vigilance de la circulation et aux bruissements de la vie.

Dans la montée du bois de Laire, le bleu sombre des baies de sureau est le cadeau que donne l’automne. Si ces fruits sont friandises pour les oiseaux, ils ne se mangent pas mais s’offrent seulement au regard de ceux qui prennent la peine de les contempler. Quelques bergeronnettes s’enhardissent à encourager le groupe dans le franchissement d’une laie boueuse. Elles l’abandonnent à l’orée du bois lorsque s’ouvre une zone herbagée qu’annoncent de vieux pommiers mangés par le gui.

La tour de Nesles

Bien qu’à l’écart du centre, le château de Frouville s’inscrit dans l’harmonie du village. De grands murs en pierres le protègent. Ils s’effacent devant la grille centrale qui permet d’admirer  le bâtiment en majesté. Dominique s’imagine un instant châtelaine, penchée à la plus haute fenêtre des combles, pour profiter des pièces d’eau, des allées rectilignes et dominer, au-delà, les champs et les forêts.

La tour de Nesles

La croix de Baptiste, posée à l’intercession de chemins ruraux sur le plateau céréalier de Labbeville, garde tout son mystère. D’inspiration très vaguement fleurdelisée, elle intrigue les passants. Sa forme, indéfinie, la rend unique. Fabien l’examine avec intérêt. Il aimerait déchiffrer son histoire mais ses recherches immédiates demeurent vaines.

La tour de Nesles

 La situation de la croix n’est pas anodine. L’endroit est remarquable pour sa vision à 360 degrés. A droite et devant, l’immensité des champs au soleil couchant,  au fond, le moutonnement lumineux des massifs forestiers du département de l’Oise si proche, à gauche et en contrebas, le lit discret de la vallée du Sausseron qui s’étire vers Nesles. Fabien comprend alors que le plus important n’est pas l’objet mais le lieu où il se trouve. C’est ce coin boueux de campagne, bien oublié ou méprisé par les marcheurs, où se cache une once de noblesse et qui n’attendait que les pas de quelques promeneurs pour se ranimer.  

La tour de Nesles

Vendredi 18 novembre. 95690 Nesles-la-Vallée, le fond du Valmillon, la plaine de Ret, Hédouville, Hodan, le bois de la Laire, Frouville, le château par la forêt, le fond de Norinval, le chemin de la Bauve, Labbeville, la croix de Baptiste, la Baude, Nesles par l’ancienne voie ferroviaire

Le Parcours

Commenter cet article